buses

buse-1

La buse est un élément stratégique à prendre en compte sur les pulvérisateurs. Bien choisir ses buses est devenu complexe étant donné l’étendue de la gamme des fournisseurs. Il faut en effet prendre en compte le volume de bouillie appliquée à l’hectare, les contraintes d’application liées par exemple au type de produit phytosanitaire pulvérisé et le respect des contraintes réglementaires sur les « zones non traitées » (ZNT).

Certains types de buses ne sont pas homologuées ZNT car elles génèrent des gouttes très fines, sensibles à la dérive. Et, il est à noter que, la limitation de la dérive n’est pas suffisante pour qu’une buse soit homologuée.

Les buses à injection d’air nouvelle génération

La sensibilité à la dérive devient très faible grâce aux buses à injection d’air nouvelle génération. Ces buses homologuées, réduisent la dérive d’au moins 66%. Elles constituent notamment un équipement obligatoire pour utiliser le Prosulfocarbe.

La pression d’utilisation des buses à injection d’air à basse pression est fixée entre 1 et 3 bars, selon les modèles de marque, et est autorisée pour réduire la dérive et la ZNT. Peu encombrante, cette injection est adaptée pour tous les types d’appareils.

Comparaison des systèmes

Des démonstrations aux champs ont été réalisées pour comparer un désherbage avec des buses à fente et un autre avec des buses à injection d’air. Ce qu’on retient :

  • Les buses à fente génèrent des gouttes inférieures à 100 micron (en sachant que la taille des gouttes à rechercher est fixée entre 200 et 400 micron) qui augmentent le risque de volatilisation et de dérive. Le manque d’énergie cinétique des gouttes provoque l’amplification des odeurs, une baisse d’efficacité possible et entraîne également une visibilité négative du pulvérisateur.
  • Les buses à injection d’air permettent de limiter la dérive et de conserver l’efficacité produit. Leur système d’induction d’air créé des gouttes de calibre plus homogène, celles-ci ne s’évaporent pas avant la cible et sont plus grosses qu’avec les buses classiques. Ces gouttes entrent mieux dans le feuillage. Pour l’agriculteur, il n’y a pas de contraintes mécaniques car l’utilisation est à basse pression : ce qui contribue à véhiculer une image positive d’une agriculture qui maîtrise la pulvérisation.

Ainsi les buses à injection d’air permettent d’optimiser la qualité de pulvérisation en minimisant la dérive et de réduire les ZNT, lorsqu’elles sont utilisées dans les plages de pression homologuées.

Calibre de la buse

Pour chaque montage préconisé, choisissez le calibre de la buse (sa couleur) en fonction de votre vitesse d’avancement. Le calibre de la buse est lié à la taille de l’orifice et définit le lien entre le débit et la pression. Ainsi, veillez à respecter sa plage de pression d’utilisation en prenant en compte les éventuelles variations de vitesse. Pour les applications sur ZNT, soyez attentif à ce que la buse soit homologuée

Un outil d’étalonnage du pulvérisateur est mis à disposition par ARVALIS. Disponible ici : CALCULETTE ARVALIS

En règle générale, veillez à respecter au mieux la stratégie de volume hectare, de tendre si possible vers une solution de réduction de la dérive et de respecter la contrainte réglementaire des ZNT (pour les personnes concernées).